Restons en contact
128 rue la Boétie, 75008 Paris
contact@ingenieur-affaires.com
01 43 40 24 94

Comment réussir ses recrutements d’ingénieurs d’affaires ?

recrutement ingénieur d'affaires à paris en france

Dans le hall du siège social de ce recruteur parisien d’ingénieurs d’affaires au gros appétit, à Rueil-Malmaison, tournent en boucle, sur grand écran plat, les images de la guerre sanitaire contre le coronavirus covid19. Un fracas télévisuel qui contraste avec l’optimisme de Gaërix Group, fier de 300 à 400 candidatures spontanées hebdomadaires d’ingénieurs d’affaires et de business managers.

UNE SSII FRANÇAISE RECRUTE 500 INGÉNIEURS D’AFFAIRES ET 500 TECHNICIENS COMMERCIAUX, DONT 60 % DE DÉBUTANTS PAR L’INTERMÉDIAIRE DU CABINET DE RECRUTEMENT GAËRIX GROUP.

Alors que bien des SSII ralentissent singulièrement leurs embauches, une société de recrutement en ingénierie d’affaires, positionnée sur l’externalisation de la recherche et développement et les services de recrutements à forte valeur ajoutée, maintient son objectif de 1 000 recrutements pour 2020.

Si quelques chefs de projets commerciaux aguerris et de performants ingénieurs d’affaires seront recrutés, 60 % des recrues seront des business managers débutants, bac + 2 à bac + 5. Âgés en moyenne de 32 ans, les 3 400 recrus de Gaërix seront rejoints par 500 excellents ingénieurs d’affaires, et 500 techniciens commerciaux expérimentés ayant acquis une expertise technique solide chez nos clients dont la confiance nous honore.

Tous les ingénieurs d’affaires et business managers candidats doivent faire la preuve de leurs compétences commerciales techniques, en mécanique, automatique, informatique, ou électronique, pour prétendre à des postes en développement, industrialisation ou qualité. En France, mais aussi en Espagne, en Belgique, en Roumanie et en Tunisie, Gaërix Group fonctionne selon un modèle de recrutement d’ingénieurs d’affaires extrêmement décentralisé.

Les équipes de recruteurs se répartissent sur 8 sites régionaux, regroupés en 3 pôles d’expertises, au plus près des clients qui recrutent. « Chaque pôle possède un responsable local du recrutement des ingénieurs d’affaires et des business managers, lui-même chapeauté par le DRH de la branche dont dépend le pôle recrutement », détaille Gérard, directeur du management des compétences de Gaërix Group à Paris.

À 32 ans, Éric, ingénieur d’affaires diplômé de l’Ipsa (Institut polytechnique des sciences avancées), a collectionné les bonnes notes. Entré chez Gaërix en mars 2001, il dirige déjà un pôle process, à Paris. Responsable du développement, de la stratégie commerciale, cet ingénieur d’affaires propose lui-même son budget, supervise de nombreux projets, manage 170 personnes. Son plus gros contrat ? Celui de l’industrialisation d’une boîte de vitesses, évalué à 1,3 million d’euros. « Le sens du service, la mobilité, l’ouverture d’esprit et la motivation aident les ingénieurs d’affaires à réussir et à s’épanouir au quotidien chez Gaërix Group », note-t-il.

De 380 à 1 200 salariés en 2020 « Nous cherchons à monter en puissance dans le niveau des compétences, confirme le président, Cyril, 39 ans. Nous sommes de plus en plus exigeants. Les ingénieurs d’affaires que nous recrutons doivent allier compétences, transparence et une énorme capacité d’adaptation au client. »

Gaërix Group veut se hisser au rang de « première société de services européenne en recrutements d’ingénieurs d’affaires et de business managers. » Les recrutements d’ingénieurs d’affaires spécialisés dans les services informatiques, que la société n’assure que depuis un an, ne représentent que 5 % de l’activité.

Le chiffre d’affaires de Gaërix Group dont 15 % à l’International repose essentiellement sur les secteurs de l’industrie automobile (40 % du CA), mais aussi sur le naval, le ferroviaire, la construction mécanique, le spatial, la défense, l’énergie, le nucléaire. Gaërix Group intervient en direction de projet commercial, en organisation des directions commerciales, tout au long des phases de développement des produits ou des services, en exploitation et en soutien logistique, pour des grands comptes.

De quoi offrir aux ingénieurs d’affaires des études complètes de motorisation de véhicules, de design d’engins du futur, des projets phares pour lequel Gaërix s’était vu confier une grande partie des recrutements d’ingénieurs d’affaires, ou comme celui, à venir, d’une frégate franco-italienne. « Nous gérerons les recrutements des ingénieurs d’affaires de ce méga chantier de l’étude commerciale au suivi de la réalisation des offres commerciales », s’enthousiasme le président, Cyril.

Le chiffre d’affaires de Gaërix pourrait, selon les prévisions actuelles, atteindre 234 millions d’euros en 2020, et les effectifs, 4.400. Une augmentation spectaculaire qui ne s’explique évidemment pas uniquement par les 1.000 embauches d’ingénieurs d’affaires.

Un ingénieur d’affaires qui double son salaire

À trente ans, Frédéric, Business Manager, titulaire d’un BTS CPI en alternance chez PSA Sochaux (25), de 2016 à 2019, a profité lui aussi d’une acquisition pour accélérer sa carrière, tout en doublant son salaire d’ingénieur d’affaires. Sur son pôle commercial, à Montbéliard, il pilote 120 personnes, avec des projets commerciaux nationaux et internationaux. Avec un chiffre d’affaires de 7,9 millions d’euros en 2019, dont 80 % avec un constructeur automobile bien connu.

Frédéric apprécie l’aspect transversal de son métier d’ingénieur d’affaires, de l’étude à l’industrialisation. « Je voyage beaucoup, et, même si nous devons nous conformer à un reporting très fort, je jouis aussi de beaucoup d’autonomie », assure-t-il. Il a beaucoup recruté, et prévoit d’embaucher encore 20 à 30 personnes cette année. « Les jeunes ingénieurs d’affaires qui postulent sont très motivés quand ils apprennent mon âge », reconnaît Frédéric.

Chez Gaërix, un ingénieur d’affaires débutant peut espérer entre 47 000 et 62 000 euros, en fonction de son école d’ingénieur, des doubles cursus, langues et stages opérationnels. Une fois recruté, le nouvel ingénieur d’affaires ne doit pas rechigner à la mobilité, d’une mission commerciale à l’autre, ou d’un pôle à l’autre. « La mobilité, insiste Gérard, est un critère fort de recrutement des ingénieurs d’affaires. »

Author avatar
Gaërix Group

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *